2 min

Update Obligations – un jeu d’assouplissement quantitatif

Winter is coming – ou est-il encore loin d’arriver ? Certains investisseurs sont de plus en plus inquiets à propos de la perspective d’une récession. D’autres estiment qu’une récession est encore loin d’être à l’ordre du jour, et qu’une nouvelle détérioration de la croissance économique provoquera uniquement la prise de nouvelles mesures de la part des banques centrales, ce qui devrait ensuite engendrer à son tour une augmentation des prix des actifs risqués.
Update Obligations – un jeu d’assouplissement quantitatif
Update Obligations – un jeu d’assouplissement quantitatif

Les mouvements des taux d’intérêt reflètent clairement cette incertitude. La hausse des rendements en septembre, ainsi que celle constatée cette semaine, reflète l’espoir que les menaces géopolitiques ne s’enveniment pas. Pendant ce temps, le constat que ces tensions étouffent lentement mais sûrement la croissance économique génère des craintes exprimées sous la forme de chute des taux à la fin de septembre. La guerre commerciale et le Brexit créent effectivement de l’incertitude, mais la réaction des banques centrales semble avoir un effet positif pour le moment. Même si les turbulences géopolitiques se calmaient en 2020, la plupart des économies auraient quand même besoin du soutien que les banques centrales ont commencé à octroyer. Cela dit, un contexte géopolitique plus calme rendrait une correction de moitié de cycle plus probable, au lieu d’avancer vers une récession mondiale dans un avenir proche. Les rendements des obligations font actuellement du surplace. À l’heure actuelle, nous pensons toutefois que les récents planchers devraient une nouvelle fois être atteints. Les faibles indicateurs économiques avancés et la poursuite de l’assouplissement monétaire sont susceptibles de représenter des facteurs essentiels au début de l’année 2020, alors que les tensions géopolitiques doivent encore se stabiliser avant de pouvoir afficher une amélioration.

Les spreads de la catégorie « investment grade » ont fait du surplace dans une fourchette étroite depuis la moitié du mois d’août, permettant aux obligations d’entreprise de suivre la trace des Bunds allemands. La BCE commencera ses achats d’actifs (assouplissement quantitatif) en novembre avec un montant moins élevé que prévu. La banque centrale s’est toutefois engagée explicitement à continuer à acheter jusqu’à ce que l’inflation finisse par atteindre son objectif, ce qui ne devrait pas arriver avant 2021 selon les décideurs de la BCE. Ces achats d’actifs continueront de soutenir directement les obligations de la catégorie « investment grade » qui se trouvent sur la liste de shopping de la BCE, alors que d’autres obligations obtiendront un soutien indirect.

Les primes de risque du haut rendement et des marchés émergents ont affiché plus de volatilité et ont profité des récents espoirs d’amélioration des tensions géopolitiques. Cependant, la faiblesse des indicateurs avancés pour le secteur des services fait l’objet d’une surveillance accrue. Pourquoi ? Une fois que le ralentissement de l’industrie se propagera à d’autres secteurs, affectant par la même occasion le marché du travail, la consommation affichera très probablement une baisse. Et une faible consommation causerait un ralentissement de la croissance mondiale. Les marchés à haut rendement semblent encore et toujours plus vulnérables que les marchés émergents, où les indicateurs avancés ont récemment commencé à s’améliorer.

Willem Bouwman
Investment Communicatons
Avis
Il n'y a pas encore d'avis sur cet article.