5 min

Update Obligations : Opportunités sur les marchés émergents ?

À l’heure actuelle, la perspective d’une inversion de la courbe de rendement US fait partie des sujets brûlants sur les marchés de capitaux mondiaux.
Update Obligations : Opportunités sur les marchés émergents ?
Update Obligations : Opportunités sur les marchés émergents ?

À l’heure actuelle, la perspective d’une inversion de la courbe de rendement US fait partie des sujets brûlants sur les marchés de capitaux mondiaux.

Le renversement de la courbe de rendement fait référence à une situation (rare) où les rendements sur obligations à court terme sont supérieurs aux rendements sur obligations à plus longue échéance. Dans le passé, les courbes de rendement inversées ont souvent précédé un ralentissement économique, ce qui explique pourquoi la Réserve fédérale américaine suit de près l’évolution de la courbe de rendement. D’une part, la Réserve semble davantage préoccupée par ce renversement que lors des précédents épisodes de durcissement monétaire (2000 et 2006). D’autre part, ces inquiétudes ne l’ont pas empêchée d’augmenter les taux pour l’instant. Dès lors, nous nous attendons toujours à ce que la Réserve fédérale augmente son taux directeur de 25 points de base (PB) le 26 septembre. Nous prévoyons également que le niveau de résistance de 3 % restera un obstacle pour le rendement à 10 ans des bons du Trésor américain. À l’heure actuelle, il semble probable que le rendement à 10 ans se maintienne dans une fourchette allant de 2,80 % à 3 %. Une situation semblable est observée dans la zone euro, où les rendements du Bund allemand à 10 ans ont évolué latéralement (depuis mai), oscillant entre 0,30 % et 0,50 %. Récemment, les rendements du Bund allemand ont grimpé à un niveau d’environ 0,40 %.

Sur les marchés émergents, où les investisseurs se concentrent sur des pays spécifiques tels que la Turquie, l’Argentine, l’Afrique du Sud et le Brésil, nous pensons que la contagion aux autres pays des marchés émergents devrait rester limitée. Bien que jusqu’à présent, les tribunaux brésiliens aient exclu toute possibilité pour l’ancien président Lula, actuellement emprisonné, de prendre part comme candidat aux élections présidentielles en octobre (ce qui n’est pas non plus notre scénario de base), les investisseurs craignent que l’opinion publique ne renverse cette décision. Cette inquiétude pourrait certainement raviver la volatilité des écarts sur les marchés émergents. Il faut néanmoins reconnaître que cette situation propre au Brésil ne présente aucun lien évident avec des pays tels que l’Indonésie, la Pologne ou d’autres pays émergents.

Après l’échec des négociations commerciales entre les administrations chinoise et américaine, le risque d’escalade de la guerre commerciale au début du mois de septembre a augmenté. Cette situation pourrait détériorer le climat d’ores et déjà mitigé sur le marché. D’un autre côté, les États-Unis sont à présent parvenus à un accord commercial avec le Mexique (un accord avec le Canada pourrait suivre prochainement), ce qui prouve que les guerres commerciales peuvent encore être évitées. Le soulagement des investisseurs s’est traduit par des écarts inférieurs au cours de ces derniers jours. Selon nous, cela confirme que la dette des marchés émergents reste une classe d’actifs intéressante.

Avis
Il n'y a pas encore d'avis sur cet article.