1 min

Update Obligations : le marché est plus serein

Les marchés financiers terminent 2019 dans un climat beaucoup plus décontracté que celui dans lequel ils ont commencé l’année. Les primes de risque ont reculé au cours des dernières semaines, atteignant de nouveaux planchers cette année.

En résumé"

  • Les primes de risque ont reculé
  • En termes de fondamentaux économiques..
  • La confiance des entreprises
Update Obligations : le marché est plus serein
Update Obligations : le marché est plus serein

Cette perte de vitesse a été constatée à la fois pour le crédit d’entreprise de la catégorie « investment grade » et pour les marchés plus risqués du haut rendement et des obligations des marchés émergents. Les rendements sur les obligations d’État allemandes et américaines, qui sont considérées comme des valeurs refuges pour les investisseurs plus inquiets, continuent de s’apprécier. Les marchés des obligations ont petit à petit organisé leurs prévisions en fonction d’une inflation stable, mais pas baissière, au cours du mois de décembre.

L’année prochaine, il semblerait que les investisseurs pourraient continuer de se concentrer davantage sur les fondamentaux économiques plutôt que sur les tensions géopolitiques imprévisibles. Les résultats des élections britanniques et l’accord commercial de première phase entre les États-Unis et la Chine n’ont toutefois octroyé aucune garantie. Entre-temps, la destitution de Trump n’a guère de chances d’être approuvée par le Sénat américain. Mais elle marque cependant le début d’une année d’élection présidentielle tumultueuse.

En termes de fondamentaux économiques, les investisseurs devraient remarquer les dégâts que l’incertitude géopolitique a déjà causés et celle-ci devrait rester en place au cours des prochains mois avant de voir une reprise significative se développer. Les banques centrales ont mis tout en œuvre pour éviter que ces dégâts ne se transforment en réelle menace de récession.

Alors que la confiance des consommateurs a été relativement peu affectée, la confiance des entreprises a plongé. Elle devra récupérer à partir de niveaux extrêmement bas avant que les dépenses des entreprises puissent rebondir complètement. Un dernier tour d’assouplissement monétaire sera peut-être nécessaire, quelque part au cours du premier trimestre, pour garantir que l’économie mondiale continue de se relancer. Dans ces circonstances, les obligations d’entreprise semblent être dans la meilleure position pour obtenir des bénéfices. Si la croissance économique s’intensifie, toute augmentation supplémentaire des rendements des obligations d’État (allemandes) continuera d’être compensée par des primes de risque plus faibles, étant donné que les prévisions des entreprises s’amélioreront. Si la croissance économique déçoit, ce qui semble être le scénario le plus probable, la Banque centrale européenne viendra à la rescousse, en faisant baisser les rendements et en intensifiant les achats directs d’obligations d’entreprise (ce programme a été relancé en novembre). Au sein des segments des obligations plus risquées, nous continuons d’être prudents avec les obligations à haut rendement, alors que les marchés onéreux semblent vulnérables aux défaillances. Nous sommes plus positifs par rapport aux obligations des marchés émergents, alors que les principaux indicateurs ont été les premiers à se renouveler et ils mènent le reste du groupe.

Chris Huys

Avis
Il n'y a pas encore d'avis sur cet article.