3 min

Update Obligations : La BCE passe à l’action

Jeudi, la Banque centrale européenne (BCE) a annoncé un train de mesures supplémentaires pour soutenir l’économie morose de la zone euro et pour montrer sa détermination à améliorer les prévisions d’inflation.
Update Obligations : La BCE passe à l’action
Update Obligations : La BCE passe à l’action

La BCE a déclaré qu’elle baisserait son taux de facilité de dépôt de 10 points de base pour arriver à -0,50 %. De plus, la banque centrale relancera son programme d’achats d’actifs pour un montant de 20 milliards EUR par mois à partir du 1er novembre, et poursuivra cette pratique aussi longtemps que nécessaire. Cette décision était insuffisante par rapport aux prévisions du marché qui prévoyaient des achats mensuels à concurrence de 30-40 milliards EUR.

Le président de la BCE Mario Draghi a aussi clairement expliqué que la politique accommodante de la BCE devait être soutenue par de nouvelles mesures budgétaires de Bruxelles pour soutenir la faible économie européenne. La zone euro pourrait commencer à rebondir en cas de combinaison de politiques monétaire et fiscale qui se soutiennent mutuellement.

Cette réunion était la dernière du président Mario Draghi, et elle n’a pas été de tout repos (Christine Lagarde deviendra présidente de la BCE lorsqu’il se retirera à la fin du mois d’octobre). Mario Draghi a essayé de faire passer un message fort à un comité qui est mis sous pression par de plus en plus de détracteurs, qui privilégient des politiques plus agressives. Au cours de la conférence de presse, Mario Draghi a fait savoir qu’il a été en mesure de convaincre le comité d’adopter une position forte, soutenue par tous les membres.

La BCE a été la première de la liste des banques centrales à adopter des ajustements de politique monétaire. Les banques centrales suivantes à tenir une réunion sont la Réserve fédérale américaine (18 septembre), la Banque du Japon (19 septembre) et la Banque populaire de Chine (20 septembre).

Lorsque le comité de politique de la Fed se réunira la semaine prochaine, nous pensons qu’il annoncera une baisse de taux de 25 points de base pour chaque réunion restante en 2019. Le taux directeur s’élèverait dès lors à 1,25 % à la fin de l’année. La Banque du Japon maintiendra probablement des taux accommodants. En Chine, nous prévoyons que la banque centrale continuera de viser une approche d’assouplissement claire à l’égard de la politique monétaire. Avec toutes les banques centrales les plus importantes qui adoptent une approche plus accommodante, les décideurs des marchés émergents pourraient y voir une occasion d’adopter également une baisse de leurs taux officiels. Cette situation n’aurait pas été envisageable en 2017 ou en 2018.

Conséquences de la décision de la BCE

Les actions de la BCE de cette semaine continueront de soutenir les transactions prenant en compte la duration et les actifs d’entreprise de la catégorie « investment grade ». Pendant la période du programme d’achats d’actifs, les investisseurs seront probablement à l’affût de nouvelles opportunités. Les marchés émergents pourraient alors tirer leur épingle du jeu. Et si la Réserve fédérale américaine continue de baisser ses taux d’intérêt, les obligations à haut rendement américaines pourraient également constituer une opportunité.

Dans l’ensemble, avec un soutien aussi remarquable de la part des principales banques centrales, il est probable que les sous-catégories d’actifs des titres à revenu fixe se rapprochent d’un taux de zéro (ou descendent même en dessous). Le nombre de segments du marché obligataire capables de générer des rendements clairement positifs est en baisse. Dans un tel contexte, il est difficile de trouver le juste équilibre entre le risque et le rendement. Les banquiers centraux doivent fournir régulièrement des informations de manière active pour guider les marchés et les investisseurs. Il serait bien entendu plus facile si les pays européens soutenaient leur propre économie au moyen de politiques budgétaires. L’heure est à la vigilance étant donné que nous entrons sur un nouveau territoire susceptible d’être incommode. Les banques centrales devraient prendre des mesures pour rassurer les investisseurs afin qu’ils maintiennent leurs investissements en obligations, même si les niveaux de rendements sont proches de zéro et même parfois négatifs.

Roel Barnhoorn
Investment Communications
Avis
Il n'y a pas encore d'avis sur cet article.