5 min

Update Obligations : En Italie, les discussions budgétaires s’enflamment

Durant les premières semaines d’août, les rendements du Bund allemand et du Trésor américain se sont stabilisés sans dépasser des niveaux respectifs de 0,5 et 3 %. Cependant, ces rendements ont brièvement été sous pression.
Update Obligations : En Italie, les discussions budgétaires s’enflamment
Update Obligations : En Italie, les discussions budgétaires s’enflamment

Durant les premières semaines d’août, les rendements du Bund allemand et du Trésor américain se sont stabilisés sans dépasser des niveaux respectifs de 0,5 et 3 %. Cependant, ces rendements ont brièvement été sous pression.

Les écarts de rendement dans les marchés développés ont aussi évolué faiblement, les dernières données macroéconomiques et le positionnement des investisseurs n’ayant guère incité les marchés à fluctuer.

Les obligations du gouvernement italien font exception à la règle, le débat politique relatif au budget annuel prochain commençant à s’enflammer. D’une part, le Premier ministre italien Giuseppe Conte et le ministre des Finances Giovanni Tria visent un déficit de 1,5 %, ce qui reste largement dans les limites de l’UE. D’autre part, Matteo Salvini, le chef de la Ligue, et Luigi Di Maio, représentant du Mouvement 5 étoiles, réclament cependant des réductions d’impôts et appuient leur proposition de revenu citoyen, mettant ainsi à mal les réglementations budgétaires européennes. Sur les marchés financiers, les écarts accrus pour l’Italie ont clairement indiqué un souhait, de la part des investisseurs, de voir la discussion prendre fin.

Après s’être réduits en juillet, les écarts des marchés émergents se sont également élargis en août, emboîtant le pas à la plupart des écarts. Les tensions commerciales continuent à faire les gros titres, tandis que la situation économique et les perspectives au sein des marchés émergents semblent plus incertaines que dans les marchés développés, où des signes ténus d’une croissance davantage synchronisée apparaissent. Les développements en Turquie, où les taux d’intérêt ont atteint 20 % après la confrontation diplomatique avec les États-Unis, ont illustré la vulnérabilité de certains pays individuels au sein des marchés émergents et corroboré la valorisation relativement faible des actifs des marchés émergents en général. Si les perspectives des pays émergents peuvent sembler favorables à plus long terme, elles demeureront difficiles à court terme durant les prochains mois.

Ces mentions légales s'appliquent à cet article.
Avis
Il n'y a pas encore d'avis sur cet article.