2 min

Update Obligations – conséquences des actions de la banque centrale

Les marchés sont encore en train de digérer les conséquences du signal clair qui a été envoyé lors de la dernière conférence de presse de la BCE : la banque centrale semble non seulement avoir moins de marge de manœuvre, mais les marchés pensent également que le programme de relance de la BCE pourrait être moins efficace que prévu, en particulier en cas d'un ralentissement économique.
Update Obligations – conséquences des actions de la banque centrale
Update Obligations – conséquences des actions de la banque centrale

Ce facteur était probablement l’un de ceux qui ont mis de la pression sur la courbe de rendement du Bund allemand, et par conséquent sur nos positions longues en duration.

En revanche, à la fois les obligations des gouvernements périphériques et les obligations d’entreprise pourraient bénéficier de la récente annonce ; les spreads des deux segments se sont contractés. En se tournant vers l’avenir, l’appel du président de la BCE Mario Draghi pour augmenter les dépenses budgétaires pourrait cependant avoir une plus grande importance lorsque son successeur Christine Lagarde prendra les commandes. À ce moment, les rendements des obligations gouvernementales des principaux pays de la zone euro pourraient alors une nouvelle fois être mis sous pression. Pour le meilleur ou pour le pire, les décideurs politiques européens sont moins enclins à trouver une orientation commune, ce qui aura pour conséquence que les taux resteront faibles pour encore un moment.

Comme prévu, la Fed américaine a effectué une nouvelle « baisse de sécurité » de son taux directeur. L’appel aux taux d’intérêt négatifs de Donald Trump n’a pas été bien reçu par le marché et par la Fed, étant donné qu’il n’existe pratiquement aucune preuve solide prouvant que les taux d’intérêt négatifs peuvent relancer l’activité économique.

Alors que le conflit commercial entre les États-Unis et la Chine est rejeté au second plan et que la persistance des risques de récession pourrait ne pas être au cœur de l’attention au cours des semaines à venir, la possibilité que Donald Trump ne soit pas réélu pourrait en réalité constituer le risque le plus menaçant à long terme pour l’économie américaine l’année prochaine.

Nous maintenons notre position relativement surpondérée envers les marchés émergents, au moment où les valorisations de la dette souveraine extérieure et des obligations d’entreprise semblent raisonnables en termes de spreads. Les prévisions de croissance des pays issus des marchés émergents semblent également plus favorables. En outre, tout événement entrainant une baisse de l’appétence au risque sur les marchés émergents semble être de courte durée.

La semaine prochaine, l’indice Ifo du climat des affaires allemand sera lancé. Étant donné que de plus en plus de signes laissent penser que certaines parties de l’économie allemande pourraient faire face à plus de défis, le lancement de cet indicateur de confiance des affaires pourrait maintenir les rendements du Bund aux niveaux plancher actuels situés aux alentours de -50 points de base.

Fidel Kasikci
Investment Communications
Avis
Il n'y a pas encore d'avis sur cet article.