1 min

Update obligations : Attendre patiemment

Aux États-Unis, plus de 50 % de la population a été vaccinée et les données fondamentales continuent de s’améliorer. Les rendements des bons du Trésor américain ont toutefois interrompu leur ascension.

En résumé

  • Une mise à jour hebdomadaire sur les mouvements du marché des obligations.
Update obligations : Attendre patiemment
Update obligations : Attendre patiemment

De plus, les attentes des investisseurs relatives à l’annonce d’une hausse de taux de 100 points de base à partir de décembre 2021 ont été revues à la baisse à moins de 75 points de base, comme il est possible de le constater avec les contrats à terme du marché monétaire.

Bien que la Fed ne prévoie actuellement aucune hausse de taux d’ici 2023, elle pourrait probablement changer d’avis au cours des six prochains mois. Cette situation pourrait se produire si le taux de chômage continue de dégringoler et si l’optimisme économique reste de mise, étant donné que de plus en plus de pays vont décréter la fin des confinements. Entre-temps, les signes actuels pourraient toutefois indiquer une interruption de la reflation, qui a déjà permis au rendement des bons du Trésor américain à 10 ans de s’apprécier de plus de 60 points de base depuis le début de l’année.

Mais les rendements n’ont pas augmenté de la même manière que les taux de rentabilité américains, qui expriment les prévisions d’inflation aux États-Unis. En d’autres termes, les taux américains réels (tels que mesurés par les taux nominaux moins les prévisions d’inflation) restent à des niveaux (extrêmement) bas. La réunion de la Fed de mercredi pourrait apporter plus d’informations à propos de l’orientation des taux par le biais de la conférence de presse qui y est associée. Le jour suivant, la publication des données sur le PIB réel des États-Unis confirmera certainement l’environnement de forte croissance.

Dans la zone euro, le rythme des vaccinations commence également à s’accélérer, principalement en France, en Espagne et en Allemagne. Par conséquent, d’après le processus d’accélération actuel, la région est bien partie pour vacciner environ 75 % de sa population d’ici la fin de l’année. Les rendements des obligations s’orientent cependant vers un statu quo au sein d’une fourchette étroite, de la même manière que les spreads des pays périphériques. La publication de l’indice de sentiment IFO, des données de PIB et de consommation de la zone euro de la semaine prochaine ne sera probablement pas à l’origine du début d’une tendance pour les rendements. Néanmoins, cet environnement devrait rester favorable pour les spreads d’entreprise.

Dans les pays émergents, le rythme des vaccinations est également en train de s’accélérer et la situation actuelle annonce un taux de vaccination situé aux alentours de 40 % d’ici la fin de l’année. En raison de la corrélation avec les bons du Trésor américain, le rendement cumulé de la dette souveraine des marchés émergents est en train de se redresser pour atteindre un niveau extrêmement intéressant situé aux alentours de 5 %, après avoir touché le fond au début de l’année avec un taux de 4,5 %. La croissance économique des marchés émergents devrait rester solide et pourrait même surprendre positivement, puisque ces pays profitent de la relance internationale, en partie grâce à la bonne performance des matières premières.

Erik Joly
Erik Joly
Chief Economist / Country Director Investment Advisory
Avis
Il n'y a pas encore d'avis sur cet article.