2 min

Update Actions : Le calme avant la tempête ?

Pour la première fois de son histoire, le S&P 500 a dépassé le seuil des 3 000 points et l’Eurostoxx 600 s’approche des plafonds de 2017 et de 2018. Le principal moteur de la semaine a été la Réserve fédérale américaine.
Update Actions : Le calme avant la tempête ?
Update Actions : Le calme avant la tempête ?

Les déclarations de son président Jerome Powell devant le Congrès américain ont clairement annoncé qu’une baisse des taux est plus que probable. Il a déclaré que l’industrie, le commerce et les investissements sont faibles dans le monde entier. Cette baisse des taux de la Fed constituerait la première en 10 ans. Avec des taux d’intérêt plus faibles sur les obligations et le cash, les actions devraient devenir relativement plus intéressantes.

Le géant du secteur de la chimie BASF a lancé un avertissement sur une série de questions qui ont porté préjudice à ses résultats du deuxième trimestre, avec notamment un ralentissement des ventes de voitures et une agriculture nord-américaine en perte de vitesse. Le ralentissement de l’économie mondiale associé au différend commercial en cours entre les États-Unis et la Chine (qui cause en partie le ralentissement de l’économie) constitue apparemment le problème sous-jacent. Généralement dans ce type de situation, les avertissements de la part des entreprises devraient être plus nombreux au cours des jours précédant le début de la saison des résultats, étant donné qu’il s’agit d’un problème sous-jacent susceptible d’affecter de multiples autres entreprises. Contre toute attente, le nombre d’avertissements sur les résultats n’est pas particulièrement élevé. Entre-temps, le marché des actions atteint de nouveaux sommets. S’agit-il du calme avant la tempête ? La saison des résultats du deuxième trimestre débutera dans quelques jours et donnera probablement un meilleur aperçu de cette situation incommodante.

En regardant le premier trimestre de manière rétrospective, le consensus parmi les analystes était extrêmement prudent. Ils prévoyaient une chute de 2 % du bénéfice par action (BPA) par rapport à l’année dernière pour le S&P 500. Le BPA réel a été étonnamment plus positif avec une augmentation de 3 %. Cette hausse considérable du BPA a été en grande partie provoquée par des marges plus saines que prévu et une poursuite des rachats. Les entreprises non cycliques du secteur des soins de santé sont celles qui ont le plus dépassé les attentes, alors que les entreprises exposées à la Chine du secteur des matériaux et de l’industrie ont été celles qui ont le plus déçu.

En ce qui concerne les bénéfices du deuxième trimestre, le consensus est une nouvelle fois défavorable. En moyenne, une baisse de 2 % est attendue par rapport à l’année précédente, ce qui constituerait la première chute du BPA depuis la récession du BPA survenu il y a près de quatre ans (du troisième trimestre de 2015 au deuxième trimestre de 2016). À l’instar du premier trimestre de cette année, les analystes ont majoritairement revu à la baisse leurs prévisions de BPA pour les secteurs de l’industrie et des matériaux. Avec l'Economic Surprise Index américain qui atteint de nouveaux planchers et des PMI à des niveaux très bas, il est moins probable d’assister à une nouvelle surprise du côté des bénéfices du deuxième trimestre (comme au premier trimestre). Nous y verrons plus clair la semaine prochaine. En effet, 24 % du S&P 500 aura publié ses résultats. Parmi ceux-ci se trouvent de grands noms tels que Goldman Sachs, Johnson & Johnson, JP Morgan, ASML, United Health, Microsoft, SAP et Schlumberger.

Piet Schimmel
Senior Thematic Equity Expert
Avis
Il n'y a pas encore d'avis sur cet article.