2 min

Update Actions – la Fed et l’attaque pétrolière sous le feu des projecteurs

L’actualité de la semaine a été dominée par la décision de la Fed sur les taux d’intérêt, mais également par (les conséquences de) l’attaque qui a visé l’installation pétrolière d’Aramco à Abqaiq. Cette attaque a eu un impact énorme sur la production journalière de pétrole dans le monde, qui a baissé de 5 %.

En résumé"

  • évolution du prix du pétrole
  • la Fed a décidé de baisser son taux d’intérêt directeur de 25 points de base
  • la rotation des titres de croissance aux titres de valeur
Update Actions – la Fed et l’attaque pétrolière sous le feu des projecteurs
Update Actions – la Fed et l’attaque pétrolière sous le feu des projecteurs

Des déséquilibres bien moins importants entre l’offre et la demande étaient déjà parvenus à ébranler l’évolution des prix par le passé. Cette fois-ci, le premier effet a été une augmentation du prix de 20 %, qui s’est ensuite rapidement stabilisé à une appréciation aux alentours de 13 % (de 60 USD par baril à 68 USD). La question principale était de savoir quand la production pourrait retrouver un rythme normal. Étant donné que les différentes sources avaient des versions différentes, l’incertitude était grande. Le cours des actions des majors du pétrole a été à la fête, alors que les entreprises qui nécessitent du carburant à base de pétrole (par exemple les compagnies aériennes) ont affiché une baisse. Un peu plus tard dans la semaine, des nouvelles plus encourageantes ont annoncé que le déficit de production devrait être limité et qu’il ne devrait pas perturber l’économie outre mesure. Le prix du pétrole Brent est retombé à 63 USD.

Mercredi, la Fed a décidé de baisser son taux d’intérêt directeur de 25 points de base, conformément à nos propres prévisions et au consensus du marché. Nous ne pensons pas que cette baisse sera la dernière. Les décisions de la Fed sont principalement dictées par les données, et alors que le consommateur affiche une certaine résilience, nous percevons des signes de ralentissement de la croissance aux États-Unis. Ce phénomène est dû en grande partie au conflit commercial et à l’augmentation des tarifs douaniers. FedEx a par exemple une nouvelle fois revu ses prévisions à la baisse cette semaine, invoquant un ralentissement des échanges commerciaux et une baisse des prix résultant du conflit commercial. Les investisseurs sont de plus en plus frustrés par l’incapacité de FedEx à respecter ses propres prévisions à la baisse. Depuis plus d’un an, l’entreprise a pris l’habitude de revoir ses propres prévisions de bénéfices à la baisse ou de ne pas atteindre les estimations à la baisse des analystes. Le cours de l’action a dégringolé de plus de 10 % à la suite de cette révision à la baisse.

Une autre tendance que nous avons constatée dernièrement est la rotation des titres de croissance aux titres de valeur. L’indice Russell 1000 Growth a chuté de 2,6 % le 9-10 septembre, ce qui constitue la deuxième perte la plus importante en deux jours depuis 10 ans. Depuis 1992, de telles chutes de plus de 2,5 % ont eu lieu 13 fois pour l’indice Russell 1000 Growth. Les titres de valeur ont surperformé les titres de croissance pendant le semestre qui a suivi un tel changement. Généralement, les titres de croissance récupèrent ces pertes partiellement après six mois. Nous pensons toutefois que malgré la récente baisse, il est trop tôt pour annoncer la fin du marché haussier à long terme pour les titres de croissance.

Jan Wirken
Investment Communications
Avis
Il n'y a pas encore d'avis sur cet article.