2 min

Update actions : En attente de soulagement

Le marché des actions a poursuivi sa correction cette semaine. Le S&P500 a chuté de plus de 5 % et le Stoxx Europe 600 de 3 %. De nombreux facteurs d’incertitude affectent les prévisions des actions : les confinements liés au coronavirus en Chine, le maintien des perturbations de la chaîne d’approvisionnement, la guerre en Ukraine, les prix élevés de l’énergie et surtout l’inflation élevée, qui a poussé les banques centrales à activer leurs plans de resserrement, ce qui a fait grimper les rendements des obligations à 10 ans.

En résumé

  • L’inflation américaine : pas de signes de pic
  • Bénéfices des entreprises : croissance du chiffre d’affaires moyen dépasse 10 % aux États-Unis et en Europe
  • Les niveaux de valorisation sont en chute libre
Update actions : En attente de soulagement
Update actions : En attente de soulagement

Le S&P500 est maintenant près de 18 % en dessous de son niveau le plus élevé enregistré à la fin de l’année 2021 et le Stoxx Europe 600 est 16 % plus bas que son pic. La question que tout le monde se pose est quand et à quel niveau bas le marché des actions aura atteint son niveau plancher avant de rebondir. Selon Bloomberg, l’historique nous montre que depuis 1940, 12 fois sur 16 lorsque le marché des actions américain a dégringolé de 16 % au cours d’une période de quatre mois, il affichait un niveau plus élevé six mois plus tard.

L’inflation américaine : pas de signes de pic

L’inflation américaine de mercredi dernier a été suivie avec attention, car elle pouvait donner des indices quant à un éventuel pic de l’inflation. Les chercheurs de chez Exane ont signalé que lorsque la hausse de l’inflation atteignait un pic par le passé, les marchés des actions avaient atteint un niveau plancher avant de retrouver une tendance haussière (les années où l’inflation était également un sujet au centre de l’attention ; 1965-1982). Les premières impressions n’ont toutefois pas montré de signes de pic, avec une inflation de 8,3 % au lieu des 8,1 % prévus.

Bénéfices des entreprises : croissance du chiffre d’affaires moyen dépasse 10 % aux États-Unis et en Europe

Du côté des points positifs, les bénéfices des entreprises continuent d’afficher de bonnes performances. Étant donné que l’inflation est élevée, les prévisions de marges publiées par les entreprises ont été particulièrement suivies de près. L’impression générale est que la plupart des entreprises sont en mesure d’augmenter leurs prix et les clients sont disposés à payer ce supplément. Cette situation est susceptible de changer ultérieurement, mais elle reste satisfaisante pour le moment. La croissance du chiffre d’affaires moyen relatif aux bénéfices du premier trimestre dépasse 10 % pour le moment à la fois aux États-Unis et en Europe. Et la croissance du bénéfice par action oscille aux alentours de ce même pourcentage.

Les niveaux de valorisation sont en chute libre

Étant donné que les bénéfices continuent d’afficher une forte hausse et que les prix des actions baissent, les niveaux de valorisation sont en chute libre. Le prix par rapport aux bénéfices prévus pour les douze prochains mois pour le S&P500 est passé de 22x à la fin de l’année 2021 à 16,5x. Le marché des actions américain n’est toutefois pas encore aussi bon marché que lors des corrections enregistrées à la fin de 2018 et au début de la pandémie de coronavirus, lorsqu’il a atteint le niveau 14x. Le Stoxx Europe 600, avec une valorisation 12x, a toutefois déjà atteint les niveaux faibles de 2018 et de 2020. Mais comme toujours, une faible valorisation seule n’est pas un signe d’interruption d’une correction d’un marché des actions. Nous devrons probablement attendre que l’un de ces facteurs de risque s’améliore avant que le marché ne puisse s’orienter dans une autre direction.

Erik Joly
Erik Joly
Chief Investment Officer
Avis
Il n'y a pas encore d'avis sur cet article.