5 min

Update Actions : des performances divergentes entre les États-Unis et l’Europe

Au cours de ces dernières semaines, nous avons fait face à des performances ambivalentes sur le marché des actions. Le marché américain a réalisé un record absolu sur la base de solides données fondamentales, tandis que l’Europe est restée à la traîne en raison d’inquiétudes persistantes à propos des tensions politiques relatives à la Turquie et aux tarifs douaniers américains. Entre-temps, la saison des bénéfices a touché à sa fin, révélant que la plupart des entreprises se portent relativement bien.
Update Actions : des performances divergentes entre les États-Unis et l’Europe
Update Actions : des performances divergentes entre les États-Unis et l’Europe

Au cours de ces dernières semaines, nous avons fait face à des performances ambivalentes sur le marché des actions. Le marché américain a réalisé un record absolu sur la base de solides données fondamentales, tandis que l’Europe est restée à la traîne en raison d’inquiétudes persistantes à propos des tensions politiques relatives à la Turquie et aux tarifs douaniers américains. Entre-temps, la saison des bénéfices a touché à sa fin, révélant que la plupart des entreprises se portent relativement bien.

Les développements liés à la Turquie et aux discussions sur les tarifs douaniers américains ont dominé les marchés européens et émergents. Le secteur financier européen, en particulier, est soumis à des effets de contagion potentielle en provenance de la Turquie. Tout au long de la semaine, nous avons vu ces effets s’atténuer progressivement à la suite d’actions annoncées par les autorités turques ; par ailleurs, l’on a admis que la contagion depuis la Turquie devrait rester gérable.

La récente saison des bénéfices a confirmé que la plupart des entreprises se portent relativement bien, la majorité des bénéfices dépassant les prévisions. Depuis une perspective régionale, les États-Unis ont dominé l’Europe et les marchés émergents, affichant une croissance plus marquée des bénéfices ainsi que des prévisions moins décevantes. Associée à l’incertitude concernant l’Italie et la Turquie, cette situation explique la surperformance des États-Unis vis-à-vis de l’Europe et des marchés émergents et renforce par ailleurs notre position surpondérée aux États-Unis au sein de nos portefeuilles.

Au niveau national et du point de vue des entreprises, nous avons récemment observé plusieurs défis émanant de l’Allemagne. Outre l’enjeu – plus spécifique aux entreprises – de Bayer à propos de l’acquisition de Monsanto la semaine dernière, nous avons perçu des signes clairs de séquelles des tarifs douaniers sur l’industrie automobile allemande. Continental, par exemple, prévoit un ralentissement de la croissance au deuxième semestre, sur la base d’une demande moins énergique de la Chine.

Avis
Il n'y a pas encore d'avis sur cet article.