5 min

Update Actions: Légère baisse des marchés boursiers

Cette semaine, nous avons constaté un léger déclin sur les marchés des actions. Le conflit commercial entre les États-Unis et la Chine s’est intensifié après que les États-Unis ont imposé de nouveaux tarifs sur 200 milliards USD de marchandises chinoises.

Cette semaine, nous avons constaté un léger déclin sur les marchés des actions. Le conflit commercial entre les États-Unis et la Chine s’est intensifié après que les États-Unis ont imposé de nouveaux tarifs sur 200 milliards USD de marchandises chinoises. La Chine a riposté immédiatement en appliquant de nouveaux tarifs douaniers sur 60 milliards USD de marchandises américaines. Elle a par ailleurs annulé les négociations commerciales avec les États-Unis. L’indice Hang Seng a ainsi chuté, pour ensuite reprendre du poil de la bête au cours de la semaine. Aux États-Unis, en Europe, au Japon et en Chine, les actions ont dégringolé après l’augmentation des taux d’intérêt par la Réserve fédérale américaine. Les investisseurs s’attendent à davantage d’augmentations des taux d’intérêt jusqu’à l’année prochaine.

Ce week-end, l’une des batailles de rachat les plus longues de l’histoire du Royaume-Uni s’est achevée. Comcast et 21st Century Fox voulaient toutes deux racheter Sky. Finalement, Comcast a remporté les enchères de reprise. Lors de cette opération, elle a acquis plus de 30 % des parts de Sky. L’entreprise a offert un prix de 17,28 GBP par action, dépassant ainsi largement l’offre à 15,67 GBP de la Fox. Cette dernière a annoncé son intention de vendre à Comcast sa participation dans Sky à un prix de 17,28 GBP par action. La participation de la 21st Century Fox s’élevant à quelque 39 %, cette vente signifierait que Comcast obtiendrait une participation de plus de 70 % dans Sky, ce qui équivaut à un contrôle total. Disney, qui rachète la Fox, a accepté la transaction et utilisera le produit engendré par la vente de Sky pour réduire sa dette.

MSCI, fournisseur d’indices de premier plan, a annoncé aujourd’hui le lancement d’indices excluant toute participation à l’industrie du tabac. Ce lancement révèle que les investisseurs sont de plus en plus nombreux à rechercher des portefeuilles desquels le tabac est exclu. Pendant de nombreuses années, ABN AMRO a exclu le tabac pour des clients investissant dans des mandats durables. Plus tôt cette année, ABN AMRO a cessé de conseiller ses clients quant aux fabricants de tabac et a par ailleurs exclu ces derniers d’autres portefeuilles.

Avis
Il n'y a pas encore d'avis sur cet article.