1 min

Update Actions : Une conférence sur le climat décevante ; les marchés à la hausse grâce à l’accord commercial

La Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques de Madrid s’est terminée la semaine dernière. Le but était d’établir des règles pour les marchés carbone, mais ils n’y sont pas parvenus et la décision a été reportée à l’année prochaine.

En résumé"

  • La Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques
  • Les élections britanniques
  • Les indices boursiers des États-Unis et des marchés émergents
  • La période des fêtes
Update Actions : Une conférence sur le climat décevante ; les marchés à la hausse grâce à l’accord commercial
Update Actions : Une conférence sur le climat décevante ; les marchés à la hausse grâce à l’accord commercial

Selon le Secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres, « la communauté internationale a perdu une opportunité importante de montrer une ambition plus grande en matière d’atténuation, d’adaptation et de financement pour résoudre la crise climatique ». Le résultat est surtout décevant à cause du gouffre laissé entre le progrès actuel et les objectifs internationaux fixés en vue de limiter le réchauffement climatique. 177 entreprises se sont engagées à réduire leurs émissions, conformément à l’objectif de 1,5 degré établi par l’Alliance pour l’ambition climatique. DSM, Danone et Orsted font notamment partie de celles-ci.

Les marchés financiers n’ont pas réagi outre mesure aux résultats décevants de la conférence sur le climat. Ils ont plutôt réagi au résultat des élections britanniques, qui a permis de réduire l’incertitude quant à la volonté des Britanniques de mener à bien le Brexit. Les marchés ont également réagi à l’annonce de la conclusion d’un premier accord commercial entre les États-Unis et la Chine. Les États-Unis ont levé la menace de nouvelles barrières tarifaires et la Chine a accepté d’acheter des produits agricoles et d’autres produits américains. Cette nouvelle a permis aux marchés des actions de s’apprécier lundi.

Alors que nous avons vu les indices boursiers des États-Unis et des marchés émergents continuer leur envolée, les marchés des actions européens ont stoppé leur ascension après que Boris Johnson a annoncé son intention d’inscrire dans la loi que le Royaume-Uni quittera l’UE à la fin de 2020 et ne prolongera pas la période de transition. Un « hard » Brexit est dès lors encore envisageable. La livre britannique a également perdu certains de ses gains. Dans le courant de la semaine, les marchés se sont légèrement repliés et ont remis au goût du jour le vieux dicton : « Achetez les rumeurs et vendez les faits. »

À l’approche de la période des fêtes, les volumes sur les marchés sont à la baisse et le flux de nouvelles s’essouffle. Dans ce contexte, FedEx a tout de même réservé une mauvaise surprise aux actionnaires. Il a lancé un avertissement sur ses résultats (profit warning) lié à des volumes inférieurs aux prévisions à cause de la perte d’Amazon parmi ses clients et des coûts plus élevés que prévu pour s’adapter à la livraison en 7 jours. Le prix de l’action FedEx a dévissé de 10 %. Et mardi, Unilever a annoncé qu’il n’atteindra pas ses objectifs à cause du ralentissement économique mondial, surtout en Asie du Sud. L’action Unilever a chuté de près de 6 %.

Avis
Il n'y a pas encore d'avis sur cet article.