1 min

Obligations : De l’espoir pour le commerce

Un rapprochement des États-Unis et de la Chine dans le conflit commercial pourrait bénéficier à l’économie. Alors, à leur tour, les investisseurs en obligations seraient peut-être plus disposés à prendre un peu plus de risques.

En résumé"

  • l’accord commercial , un feu vert pour augmenter le risque, yields
Obligations : De l’espoir pour le commerce
Obligations : De l’espoir pour le commerce

Trump a déclaré mardi que les négociations avec la Chine concernant la première phase de l’accord commercial entre les États-Unis et la Chine étaient sur le point d’aboutir. Trump a annoncé un peu plus tôt qu’il avait atteint un accord « substantiel » mais partiel, qui aura pour conséquence une augmentation des achats de produits agricoles américains de la part de la Chine. Mais depuis cette annonce, les deux camps peinent à s’entendre sur la manière de mettre l’accord sur papier et sur le choix des barrières tarifaires que les États-Unis baisseront en échange.

Les actions en Asie et aux États-Unis ont atteint de nouveaux plafonds grâce au vent d’optimisme lié à la conviction que les pays n’intensifieront pas la guerre des tarifs douaniers qui implique près de 500 milliards USD de produits. Ces hypothèses sont de bon augure pour l’économie mondiale et sont nécessaires pour éviter de voir un nouvel élargissement des spreads de faible qualité.

Une actualité commerciale positive est perçue comme un feu vert pour augmenter le risque, ce qui devrait jouer en faveur des actifs risqués tels que le haut rendement des entreprises et la dette des marchés émergents (EMD), alors que cette situation empêche la ruée vers les actifs refuges tels que les obligations d’État de base. Alors que la dette des marchés émergents (EMD) pourrait susciter un regain d’appétit, il pourrait s’avérer prudent de d’abord jeter un œil aux fondamentaux de ces pays, surtout en Amérique latine où des émeutes politiques font rage.

Certains pays d’Amérique latine comme le Chili et la Bolivie affichent de la volatilité dans leurs rendements et ont constaté un élargissement des spreads. Tout dépend de l’évolution de l’actualité politique, mais à ce stade, aucun risque de contagion n’est prévu. La situation au Chili ne devrait pas constituer un risque majeur, puisque le Chili dispose de beaucoup d’économies dans ses Fonds souverains et ses Fonds de pension pour couvrir n’importe quel assouplissement de la politique budgétaire.

En parlant de position budgétaire, le ralentissement économique attendu pour 2020 aux États-Unis et les déficits et la dette du pays sur le moyen terme sont susceptibles de poser des problèmes. La force du crédit américain devrait toutefois constituer une source de fiabilité en raison du statut de devise de réserve de premier plan du dollar. La politique monétaire devrait se stabiliser et aucune surprise telle que l’adoption d’une attitude plus agressive de la Fed ne devrait se manifester.

Avis
Il n'y a pas encore d'avis sur cet article.