1 min

Stratégie d'investissement - Actions : passage à la neutralité

Aujourd'hui, lors d'une réunion supplémentaire, ABN AMRO a discuté des turbulences actuelles sur les marchés financiers. En raison des développements autour de la propagation du coronavirus et de la vente de pétrole, les marchés financiers ont continué à chuter de manière généralisée, avec un niveau de volatilité qui n'avait pas été observé depuis 2008.

En résumé

  • Avec le niveau actuel d'incertitude et le niveau élevé de volatilité, ce n'est pas le moment d'apporter des changements au portefeuille.
  • Les plans de relance annoncés sont favorables, mais pour l'instant, ils sont insuffisants.
  • La possibilité d'un choc plus grave a augmenté.
Stratégie d'investissement - Actions : passage à la neutralité
Stratégie d'investissement - Actions : passage à la neutralité

Les actions ont connu une forte baisse, ainsi que les rendements des obligations d'État de base. En raison de cette évolution du marché, la légère surpondération des actions a diminué et correspond désormais à une position neutre.

Au cours de la réunion, nous avons décidé de ne pas revenir à la surpondération en actions, c'est-à-dire de rééquilibrer le portefeuille. Nous avons plutôt choisi de maintenir la position neutre actuelle. Nous pensons qu'avec le niveau actuel d'incertitude, et par conséquent le niveau élevé de volatilité, ce n'est pas le moment d'apporter des changements au portefeuille.

Coronavirus et conflit pétrolier

L'épidémie de coronavirus se fait sentir dans l'économie mondiale, mais selon nos recherches, elle pourrait même avoir un effet plus fort que prévu sur la croissance économique mondiale. Le coronavirus continue de se propager et s'il semble avoir atteint un pic en Chine, ce n'est pas encore le cas dans d'autres pays. Aux États-Unis, les inquiétudes concernant le confinement du virus augmentent. Les plans de relance annoncés par les gouvernements et les banques centrales sont favorables, mais pour l'instant, ils sont insuffisants pour faire évoluer les mentalités.

En outre, le prix du pétrole a chuté après les retombées entre l'OPEP et la Russie ce week-end. Cela a entraîné une nouvelle série de ventes massives sur le marché, qui ont particulièrement touché les sociétés pétrolières et le secteur financier. En termes de scénarios, nous pensons toujours qu'un choc prolongé est le plus probable, mais la possibilité d'un choc plus grave a augmenté.

Comment aller de l'avant ?

Nous continuons à surveiller les marchés de près et nous cherchons à mieux comprendre les implications pour l'économie mondiale. Tant que le coronavirus ne sera pas contenu, les marchés devraient rester nerveux.

Richard de Groot
Chair ABN AMRO Global Investment Committe
Avis
Il n'y a pas encore d'avis sur cet article.