5 min

Actions - mise à jour : un bon départ pour la saison des résultats

Les marchés des actions étaient en hausse la semaine dernière : la crainte d'une éventuelle guerre commerciale s'est dissipée et la saison des résultats trimestriels a pris, globalement, un bon départ. Les secteurs de l'énergie et des matériaux de base se sont d'ailleurs particulièrement distingués.
Actions - mise à jour : un bon départ pour la saison des résultats
Actions - mise à jour : un bon départ pour la saison des résultats

Les actions du secteur de l'énergie ont bénéficié de la hausse persistante du prix du pétrole. Quant à la belle performance du secteur des matériaux de base, elle s'explique par l'augmentation du prix des métaux industriels, notamment celui de l'aluminium. Ainsi, le cours de l'aluminium a bondi de près de 10 % cette semaine en réaction aux sanctions américaines prises à l'encontre de Rusal, le premier producteur d'aluminium de Russie. Une situation dont tirent profit des entreprises telles qu'ArcelorMittal, Rio Tinto et Glencore.

Aux États-Unis, les résultats trimestriels de Netflix ont ravi les investisseurs : l'entreprise compte désormais 125 millions d'abonnés dans le monde entier. En revanche, les chiffres d'IBM ont été décevants : la croissance des revenus issus du cloud computing a ralenti, et l'action a cédé 7 %. ASML, le premier fabricant de machines pour l'industrie des semi-conducteurs d'Europe, a pour sa part affiché de bons résultats, mais l'action a reculé après leur publication, les investisseurs ayant pris leurs bénéfices. Dans le secteur des biens de consommation, Nestlé et Unilever ont enregistré une croissance de leur chiffre d'affaires, conformément aux attentes. Heineken signe par contre des résultats en demi-teinte, la vague de froid qui a frappé l'Europe au premier trimestre n'ayant pas poussé à la consommation de bière. La saison des résultats atteindra son apogée au cours de la semaine à venir aux États-Unis : près de 200 sociétés du S&P 500 publieront en effet leurs résultats trimestriels, notamment les géants de la technologie que sont Microsoft, Alphabet/Google et Facebook. En Europe, ce sera au tour d'un quart des entreprises de l'indice STOXX Europe 600, dont Royal Dutch, SAP, UBS et Volkswagen.

CES MENTIONS LÉGALES S'APPLIQUENT À CET ARTICLE.

Avis
Il n'y a pas encore d'avis sur cet article.