ABN AMRO in de Media 18 september 2017

Q&A met Solange Rouschop, Country Executive ABN AMRO België

Le 1er septembre 2017, Solange Rouschop a officiellement succédé à Victor van der Kwast au poste de CEO d'ABN AMRO Belgique. Solange a de fortes affinités avec la Belgique, tant sur le plan professionnel que sur le plan privé. Installée depuis déjà plusieurs années en Belgique avec sa famille, elle travaillait encore il y a peu pour la branche internationale d'ABN AMRO Private Banking. Deux semaines après son entrée en fonction, l'heure était venue de nous entretenir avec elle.

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre expérience chez ABN AMRO ?

« Mon histoire avec ABN AMRO ne date pas d'hier ! Cela fait en effet plus de vingt ans que je travaille pour la banque. Tout au long de ces années, j'ai acquis une grande expérience dans les domaines de la gestion d'actifs et du Private Banking. Si je me suis récemment spécialisée dans l'investissement durable, j'ai aussi de l'expérience dans tout ce qui concerne les fonds de placement ; des fonds monétaires, structures et hedge funds au private equity, en passant par toutes les autres formes de fonds existantes. J'ai également acquis une grande expérience au niveau international, tant en Europe qu'ailleurs dans le monde. »

En quoi votre expérience à l'international va-t-elle vous servir dans votre fonction actuelle ?

« Le principal enseignement que j'ai tiré de toutes mes expériences est que, quelles que soient les différences de culture, ce sont les personnes qui comptent le plus. Que vous travailliez au Japon, à Singapour, en Chine, en France ou en Allemagne, sans lien de confiance solide, vous n'arriverez à rien. Que ce soit sur votre lieu de travail ou ailleurs. Avec vos collaborateurs et partenaires, mais aussi avec vos clients. Au bout du compte, notre quotidien doit être organisé autour des gens. Investissez donc dans les personnes avec qui vous faites affaire. Essayez de comprendre qui ils sont, ce qu'ils représentent et ce qui est important à leurs yeux. Cela vaut dans toutes les cultures et la Belgique ne fait certainement pas exception à la règle. J'ai aussi appris à ne jamais rien prendre pour acquis. Vous devez toujours essayer de creuser les choses pour bien en comprendre l'essence, car celles-ci sont souvent bien plus complexes qu'elles n'y paraissent à première vue. »

Qu'est-ce que cela vous fait de revenir travailler en Belgique ?

« Pour être honnête, j'ai l'impression de revenir à la maison. Après ma première mission pour ABN AMRO Belgique il y a quelques années, je me suis installée ici avec ma famille. Mes enfants sont d'ailleurs scolarisés en Belgique. Si mes racines sont aux Pays-Bas et que ma carrière m'a déjà amenée dans de nombreux pays, ma maison se trouve ici, en Belgique. Je me réjouis de travailler au renforcement de l'ancrage d'ABN AMRO dans ce pays. »

Quel est votre objectif pour ABN AMRO Belgique ?

« Mon objectif est de développer ABN AMRO pour en faire une banque moderne et solide, bien intégrée dans le groupe. Par moderne, j'entends une banque capable de tirer son épingle du jeu dans ce monde numérisé. D'importants pas ont déjà été faits en ce sens et nous devons poursuivre sur cette voie. Mais une banque moderne doit également être attentive à son environnement et à la société dans laquelle elle opère. C'est pourquoi la durabilité est un thème qui va prendre de plus en plus d'importance. À côté de cela, la transparence est aussi un sujet qui me tient particulièrement à cœur. Par ailleurs, j'aimerais aussi étendre la gamme de services de nos business lines actuelles afin qu'ABN AMRO puisse encore mieux répondre aux besoins de nos clients belges, tant Private que Corporate. »

Quelles sont, selon vous, les principales qualités d'un bon CEO ?

« Un bon CEO doit, selon moi, avoir une grande faculté d'écoute et doit oser prendre des décisions. Vous devez développer une vision claire. Vous devez être capable d'enthousiasmer vos clients et vos collaborateurs afin de que votre vision soit partagée par tous. En outre, un CEO doit avoir une conscience sociale et se demander quel rôle l'entreprise veut jouer dans la société. L'aspect durable est extrêmement important pour moi et je voudrais que cela se traduise dans nos activités de tous les jours et dans notre offre. »

Quels sont les principaux défis qui attendent le secteur bancaire au cours des dix prochaines années ?

« Le paysage bancaire est actuellement en pleine transformation sous l'effet de la numérisation et de l'innovation. La concurrence ne vient plus seulement des autres banques, mais aussi de nouveaux acteurs tels que les fintechs. La réglementation devient, par ailleurs, de plus en plus stricte. Sur le plan macroéconomique, la croissance reste modeste. Sans parler évidemment des aspects géopolitiques, qui pèsent également dans la balance. Tout ceci signifie que nous devons, en tant que banque, rester concentrés sur notre mission et être bien conscients de nos priorités. En outre, nous ne devons absolument pas avoir peur de tenter de nouvelles choses. Par définition, innover signifie oser faire quelque de chose de nouveau, sortir de sa zone de confort. En ce qui concerne plus spécifiquement ABN AMRO Belgique, nous devrons, au cours des prochaines années, beaucoup miser sur les économies d'échelle qui devront être réalisées pour pouvoir justifier les investissements nécessaires à ces développements. »

Comment le concept One Private Bank doit-il se traduire dans la pratique selon vous ?

 « Pour moi, ce concept signifie que nous devons miser sur la coopération afin de pouvoir être et surtout rester un acteur majeur du secteur européen. Être une banque solide et moderne capable d'offrir à ses clients Private et Corporate un service homogène à travers les frontières. Une banque qui reste proche de ses clients dans toute l'Europe. Bref, notre approche personnalisée sera toujours de mise. »

Auteur

Magali Wesling

Content Manager